Etude sur les médecines complémentaires

Une étude réalisée fin 2013 en Suisse par la fondation ASCA pour les médecines complémentaires fait ressortir les conclusions suivantes :

  • Ce sont les massages et l’homéopathie qui sont les méthodes plus couramment utilisées. D’autres disciplines thérapeutiques assez couramment utilisées sont : les Fleurs de Bach, l’acupuncture, la naturopathie, la nutrition, l’ostéopathie l’étiopathie et la respiration. La majorité des sondés est satisfaite par rapport à ces différents types de médecines alternatives.
  • On a recours aux médecines complémentaires pour le traitement de maladies ou d’accident et d’autres troubles mais également à titre préventif. Ce sont surtout les douleurs musculaires (dos, nuque, etc.) ainsi que des états grippaux (rhume, toux, maux de tête, etc.) qui poussent à se tourner vers les médecines alternatives.
  • Le choix des thérapeutes ou médecins en médecines complémentaires se fait essentiellement sur recommandations de proches ou du médecin traitant, et la satisfaction à leur égard est extrêmement élevée.
  • Les médecines complémentaires bénéficient d’une bonne image loin des clichés de médecines de charlatans ; leur efficacité est reconnue et la population souhaiterait qu’elles soient mieux prises en charge par l’assurance de base.
  • Les médecines complémentaires sont à utiliser en complément à la médecine traditionnelle. Il n’y a donc pas de rejet de la médecine conventionnelle mais tout de même l’envie de moins de médicaments, puisqu’il s’agit d’une des principales raisons citées spontanément pour recourir aux médecines douces.
  • Pour la majorité de la population, les médecines complémentaires sont moins chères que la médecine classique.

Voir le sondage complet sur le site de l’ASCA.

Les buts principaux de la fondation ASCA en Suisse sont la promotion des médecines complémentaires, l’agrégation des thérapeutes non-médecins, l’accréditation des écoles de formation, la prévention et le bien-être en matière de santé, la conclusion de conventions avec les professionnels de la santé et les assureurs-maladie.
Elle regroupe, aujourd’hui, environ 15’000 thérapeutes de toute la Suisse, exerce une influence certaine dans la reconnaissance des thérapies alternatives et complémentaires par les assureurs, les associations professionnelles et les autorités.

Consulter la liste des organismes en France qui remboursent les consultations auprès de votre naturopathe.